FOCUS - La mission de défense

JPEG

Qu’est-ce que la mission de Défense ? Que fait-elle ? Quels sont ses activités et ses objectifs à Singapour ? Tant de questions auxquelles nous… ne pourrons pas répondre. Secret défense.

Mais tentons tout de même de lever un coin de voile…

Singapour consacre un effort important à sa défense. L’objectif de son armée est de pouvoir assurer une victoire rapide et décisive en cas d’agression. Pour ce faire, Singapour dédie environ 22% du budget de l’État à la Défense (premier poste) et dispose de 70 000 militaires, ce qui, en proportion, équivaudrait à une armée d’un million d’hommes chez nous. Pour assurer sa sécurité et dissuader tout adversaire potentiel, Singapour investit dans des équipements de haute technologie et cherche des partenaires sur la scène internationale. De son côté la France s’intéresse aux questions de sécurité en Asie du Sud-Est et notre industrie de défense offre des produits performants et de qualité. Ceci explique une relation bilatérale de défense forte, France et Singapour étant chacun l’un des tous premiers partenaires régionaux de l’autre. Ainsi, la relation de défense représente aujourd’hui un pilier essentiel du partenariat stratégique signé en 2012.

Les liens de défense entre nos deux pays sont plus anciens cependant : ils remontent à 1998, lorsque Singapour a été invitée à installer son école de pilotes de chasse sur la base aérienne de Cazaux, près de Bordeaux. L’espace aérien singapourien étant particulièrement réduit, il est peu propice à l’entraînement et à la formation. A l’invitation de la France, c’est donc tout un escadron, le Squadron 150, qui s’est transplanté de Singapour à Cazaux, avec armes et bagages : 12 avions, des pilotes instructeurs, des mécaniciens, des élèves, tous singapouriens. Avec les familles, c’est une communauté d’environ 300 Singapouriens qui goûte la douceur de vivre du Sud-Ouest de la France, comme en témoigne le taux de natalité record qu’elle affiche.

JPEG
Crédits : Marine Nationale

Cette coopération exemplaire est la pierre angulaire d’une relation militaire qui se développe dans de nombreux autres domaines, par exemple, l’échange d’expertise, la participation croisée à des entraînements et exercices et la sécurité maritime. Ce domaine est particulièrement important pour la France : plus du tiers de nos échanges commerciaux se font avec l’Asie et 90% des flux sont maritimes. Notre pays s’engage donc concrètement dans la lutte contre la piraterie en particulier avec la mise en place d’un officier de marine auprès de l’ « Information Fusion Center » centre de la marine singapourienne qui traite des questions de sécurité maritime dans une zone allant de la mer de Chine du Sud au golfe du Bengale et couvrant, bien sûr, le détroit de Malacca. Endémique dans la région, la piraterie est désormais contenue, mais au prix d’une vigilance qui ne doit pas se relâcher.

L’Ambassade de France à Singapour travaille également conjointement avec le Centre de coordination régional d’aide humanitaire et des secours (RHCC) créé en 2014 sur la base navale de Changi, via son officier de liaison. Ce centre a pour vocation de rationaliser les moyens et d’optimiser la collaboration des forces de secours des différents pays de la région en cas de catastrophe majeure.

Singapour est aussi un parteaire important dans le dialogue stratégique. Dans un monde incertain et dans un contexte de grande fluidité stratégique - pour reprendre le vocabulaire des experts - il est bon d’échanger les points de vue pour affiner son analyse et se faire une idée plus juste des situations stratégiques et des menaces. C’est pourquoi des représentants des ministères de la Défense des deux pays se rencontrent à échéances régulières pour croiser leur compréhension du monde vu de Paris et vu de Singapour. C’est aussi à Singapour que se tient tous les ans le « dialogue du Shangri-la », principal forum consacré aux questions de sécurité en Asie auquel participe régulièrement le ministre de la défense. Par ses collectivités d’outremer dans le Pacifique, mais aussi par la présence de nombreux expatriés et d’intérêts économiques, la France est en effet directement intéressée par les questions de sécurité en Asie.

Enfin, les technologies de défense représentent un volet important de la coopération bilatérale, aussi bien dans le cadre de programmes de R&T effectués en commun que dans celui de programmes d’équipement des forces. Dans ce cadre, et hormis les Comités bilatéraux qui animent cette relation, la mission de défense apporte au quotidien un soutien essentiel aux entreprises françaises pour les soutenir ou développer leurs activités. A titre d’exemple, à la fin du mois d’octobre, un séminaire sera organisé en partenariat avec Business France au profit plus de 40 PME françaises de la défense, une occasion pour elles de venir à Singapour pour promouvoir la qualité de leurs produits et rencontrer des officiels et industriels de la Cité-Etat.

JPEG
Crédits : Marine Nationale

Le quotidien de la mission de défense s’organise autour de la préparation de la dizaine de grandes échéances bilatérales : dialogue stratégique entre hauts responsables des ministères de la défense, réunions annuelles entre états-majors pour établir des plans de coopération et différents comités d’armement. La mission prépare et accompagne également les visites de hautes autorités politiques et militaires et facilite les contacts des industriels de défense avec les responsables singapouriens du secteur. Elle assure le lien entre les services et les organismes français et singapouriens qui coopèrent sur des sujets ponctuels : échange d’expérience, formation opérationnelle ou encore coopération sur les théâtres d’opérations comme le Moyen-Orient où l’armée de l’Air singapourienne a déployé un avion ravitailleur qui travaille régulièrement avec les Rafale et les Mirage 2000 français. La mission de défense organise également les escales des bâtiments de la Marine nationale dans la base navale de Changi. Enfin, elle assure une veille stratégique de l’environnement sécuritaire en Asie du Sud-Est et à ce titre entretient des liens étroits avec avec les principaux think tanks de Singapour.

Pour mener à bien son activité, la mission de Défense à Singapour s’appuie sur 6 personnes :
-  un attaché de défense, chef de la mission, s’occupant principalement des échanges de niveau politico-militaire et de la coopération militaire,
-  un attaché de défense adjoint-armement, en charge du suivi de la relation en matière d’armement,
-  un attaché de défense adjoint, officier de liaison auprès du Centre de fusion de l’information (IFC) et du Centre de coordination régional d’aide humanitaire et des secours (RHCC),
ainsi qu’un assistant, une secrétaire et un stagiaire.

Dernière modification : 05/10/2015

Haut de page