Conférence sur le climat : "Connecting the Arctic & Asia through Climate Actions and Sustainable Development" [en]

La conférence « Connecting the Arctic & Asia through Climate Actions and Sustainable Development » s’est tenue à Gardens by the Bay le 3 mai 2018. Elle était organisée par l’Institut français de Singapour dans le cadre de l’exposition « Touched by the Cold » du photographe Michel RAWICKI, qui fait parti du Festival Voilah !. Son objectif était de montrer l’impact du réchauffement climatique sur l’Asie du Sud-Est et l’Arctique, deux régions distinctes mais liées par ce problème commun.

Des diplomates de 20 pays, des experts en énergie et climat d’universités singapouriennes et des entreprises françaises travaillant en étroite collaboration sur les questions environnementales on participé à la conférence.

L’Ambassadeur de France Marc Abensour a souhaité la bienvenue à Mme Amy Hing, Secrétaire adjointe du Ministère de l’environnement et des ressources en eau de Singapour et à Mme Barbara Plinkert, Ambassadrice de l’UE. La France, avec l’UE, a pris des engagements fermes pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES), dans le cadre d’un objectif collectif, établi par l’Accord de Paris 2015, afin de maintenir la hausse des températures mondiales inférieure à 1,5°C ou 2°C au cours du 21ème siècle.

Dicours d'ouverture de la conférence par l'Ambassadeur Marc Abensour
Barbara Plinkert, Ambassadrice de l'UE à Singapour
Amy Hing, Secrétaire adjointe du Ministère de l'Environnement et des Ressources en Eau de Singapour

La France mène plusieurs initiatives ambitieuses pour lutter contre le changement climatique et soutenir le développement durable telles que le :

- Le One Planet Summit qui s’est tenu à Paris en décembre dernier et qui a mobilisé les dirigeants du monde pour qu’ils prennent des engagements forts,
- Le Pacte mondial pour l’environnement dont le cadre est actuellement en cours de négociation à l’ONU ; une initiative internationale visant à harmoniser et simplifier les lois environnementales au niveau international
- L’Alliance Solaire Internationale dont l’objectif principal est de lever 1 trillion de dollars US pour fournir un accès abordable à l’énergie solaire aux 121 pays intertropicaux.

La France est un État partie au Traité de Washington (1959) et est observatrice au Conseil de l’Arctique. La France est l’un des 7 États souverains à revendiquer un territoire dans l’Antarctique. Elle promeut activement la protection des ressources marines et encourage également la biodiversité à travers la création de 7 Aires Marines Protégées sur l’Antarctique avec l’Australie et l’UE.

Mme Amy Hing a souligné les objectifs de Singapour pour 2018 dans le cadre de l’Année de l’Action Climatique. Singapour s’est engagée à atteindre ses objectifs dans le cadre de l’Accord de Paris et prend des mesures pour atténuer et renforcer la résilience face aux changements climatiques. Les entreprises, les communautés et les particuliers ont également un rôle important à jouer pour réduire l’empreinte carbone et construire un avenir durable en réduisant la production de déchets, en optimisant la qualité de l’air et en utilisant de manière efficiente l’électricité et l’eau. De plus, Singapour soutient fortement la protection de l’environnement et de la faune et de la flore marines de l’Arctique, en particulier pour les espèces migratrices.

Le professeur Mikaa Mered de l’Institut d’Etude des Relations Internationales (ILERI) et le professeur Philip Andrews-Speed, chercheur principal au NUS Energy Studies Institute ont tous deux donné un aperçu de leur recherche et des liens entre les économies de l’Arctique, de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique en vue du changement climatique et des politiques de développement énergétique.

Mika Mered est professeur d’économie et de géopolitique de l’Arctique et de l’Antarctique. Il est, entre autres, membre du groupe d’experts du Comité scientifique du Groupe d’experts en sciences humaines et sociales de l’Antarctique et contribue en tant qu’expert externe sur l’Arctique à l’Agence exécutive pour la recherche de la Commission européenne. Sur la base d’une analyse cartographique, il a donné aux participants un aperçu plus approfondi de la façon dont le changement climatique affecte les économies arctiques.

Le professeur Philip ANDREWS-SPEED a 35 ans d’expérience dans le domaine de l’énergie et des ressources. Il a débuté sa carrière en tant que géologue en exploration minérale et pétrolière avant de passer à la gouvernance de l’énergie et des ressources. Son principal intérêt de recherche est l’économie politique de la gouvernance de l’énergie et des ressources, à l’échelle nationale, régionale et mondiale. Sa présentation a porté sur les perspectives énergétiques mondiales et les questions d’émissions de carbone.

La conférence s’est terminée par une séance de questions et réponses et un cocktail.

Dernière modification : 17/05/2018

Haut de page